Derniers cris

  • Monsieur Pingouin: Et leurs prochaines parutions laveront l’affront. :=)
  • Gizmo: Une tache monstrueuse sur la liberté d’expression : J’essuie Charlie.
  • Monsieur Pingouin: Chère Gizmo, C’est rassurant en effet de voir qu’en Nouvelle...
  • Gizmo: Une nouvelle rassurante d’un de vos cousins…
  • Monsieur Pingouin: Cher Cobaye, Je crois que si les populations ont du mal à  se révolter...
  • cobaye: En y réfléchissant bien, et en retrouvant des sources, on se rappellera par exemple que...
  • Monsieur Pingouin: Cher Cobaye, C’est vrai que le traitement administré aux Égyptiens...

Catégories

Mots-clés

Histoire cochonne

En dépit de mon activité de blagueur dont je ne saurais dire qu’elle est débordante, j’aimerais témoigner de choses qui n’ont rien à  voir avec le bord de l’eau mais plus avec son contenu. Vous l’aurez sans doute deviné mon cher lectorat, le petit pingouin que je suis était du côté de Shanghai ces derniers jours.

En apprenant les évènements qui s’y étaient déroulés, je me suis demandé ce que je venais d’ingurgiter. Cela faisait quelques jours que les premiers décomptes avaient commencé lorsque je compris que je buvais depuis près d’une semaine de l’eau enrichie en protéines porcines ! L’espace d’une courte minute je me pris à  imaginer que la baie des Cochons était le nouveau nom de la baie de Shanghai, puis repris mes esprits en me disant que si un tel échange entre pays communistes avait eu lieu, il ne serait pas passé inaperçu. Il n’empêche que ce n’est pas pour jaboter, mais on ne me prendra pas dans le Huangpu à  barboter et encore moins à  y faire des cochonneries. Je suis même étonné que de telles pratiques fluviales y aient encore cours !

En quête de verrat cité ou de vérité “ j’en perds mon français “ je scrutais fiévreusement la rubrique nécrologique du Quotidien du peuple pour essayer de comprendre quel sort effroyable avait pu être réservé à  ces animaux de ferme. Je devais me voir rassurer par l’annonce des autorités locales pour lesquelles l’eau du robinet était propre à  la consommation et qu’il n’y avait rien de grave selon les analyses effectuées sur quelques carcasses.

Peu importe, on a beau dire aux pingouins que tout va bien, quand les chiffres leur paraissent excéder leur imagination, ils font comme moi, ils regardent leurs bouteilles d’eau minérale et se mettent à  la consommer plutôt que celle du robinet ; robinet qui d’ailleurs, plus je le regardais, semblait avoir de plus en plus la queue en tire-bouchon!

Pour l’heure ni le gouvernement local ni le nouveau pouvoir central n’ont bu la tasse dans cette affaire, et je suis revenu en France où j’ai eu la surprise de voir que l’on pouvait encore trouver des personnes pour confondre les pingouins avec les manchots, et la France avec les Pays-Bas. Ceci étant dit, je me demande tout de même ce qu’il se produirait si d’autres individus jetaient dans la Seine, la Loire ou le Rhône une telle quantité de carcasses. J’imagine que leur lit se ferait ailleurs, mais c’est vraiment une histoire à  coucher dehors et les petits pingouins ont beaucoup trop d’imagination.

L'organe de censure officiel du Pingouinistan vous annonce que les commentaires ne sont pas permis aujourd'hui.