Derniers cris

  • Monsieur Pingouin: Chère Gizmo, C’est rassurant en effet de voir qu’en Nouvelle...
  • Gizmo: Une nouvelle rassurante d’un de vos cousins…
  • Monsieur Pingouin: Cher Cobaye, Je crois que si les populations ont du mal à se révolter...
  • cobaye: En y réfléchissant bien, et en retrouvant des sources, on se rappellera par exemple que...
  • Monsieur Pingouin: Cher Cobaye, C’est vrai que le traitement administré aux Égyptiens...
  • cobaye: Ouhla désolé pour les fautes et mots manquants, j’ai cliqué un peu vite…
  • cobaye: Il était surtout question de prix, de chômage, et donc de corruption devenue...

Catégories

Mots-clefs

Archives

Quand Paris se faisait tirer le portrait par Eugène Atget

Ce n’est pas pour jaboter, mais une rumeur dans le milieu de la photographie voudrait que monsieur Eugène Atget ait été un bon tireur. Je vous laisse tirer vous-même les conséquences de cette épreuve comme il est commun de le dire en ces temps de présidentielles.

Pour oublier les préoccupations de notre époque et revenir au Paris d’antan, où les marchands ambulants qu’Eugène Atget croisait, ne vendaient pas des bouteilles d’eau minérale, des jouets et d’autres babioles fabriquées en République populaire de Chine mais chinaient leur propre marchandise, il conviendra au Francilien intéressé de se rendre au musée Carnavalet pour l’exposition consacrée à ce Paris d’avant qui se situe entre la fin du dix-neuvième siècle et le début du vingtième.

L'organe de censure officiel du Pingouinistan vous annonce que les commentaires ne sont pas permis aujourd'hui.