Derniers cris

  • Monsieur Pingouin: Chère Gizmo, C’est rassurant en effet de voir qu’en Nouvelle...
  • Gizmo: Une nouvelle rassurante d’un de vos cousins…
  • Monsieur Pingouin: Cher Cobaye, Je crois que si les populations ont du mal à se révolter...
  • cobaye: En y réfléchissant bien, et en retrouvant des sources, on se rappellera par exemple que...
  • Monsieur Pingouin: Cher Cobaye, C’est vrai que le traitement administré aux Égyptiens...
  • cobaye: Ouhla désolé pour les fautes et mots manquants, j’ai cliqué un peu vite…
  • cobaye: Il était surtout question de prix, de chômage, et donc de corruption devenue...

Catégories

Mots-clefs

Archives

Làng Tôi ? Qu’est-ce que c’est que ce cirque ?

Ne tournons pas en rond plus longtemps et répondons à la question : il ne s’agît ni plus ni moins que du Nouveau cirque du Viêtnam qui se produit jusqu’au 23 juillet à la Villette.

Làng Tôi – Mon village est une bonne occasion d’élargir le cercle des amoureux du Viêtnam. Loin des habitudes du cirque occidental, nous sommes conviés ici à assister à un spectacle inspiré de la vie d’un village traditionnel et idéalisé où les habitants s’illustrent gracieusement tant par le chant que leurs acrobaties. Le nouveau cirque du Vietnam dépayse par son langage et sa musique folklorique qui rythment des scènes chorégraphiées au millimètre qui s’enchainent toujours en douceur. Je n’oublierai pas non plus de citer le bambou, inséparable compagnon de ces artistes plein d’entrain. Je ne le dirai jamais assez, si tenir le bambou est à la portée du premier panda velu, cela relève en temps ordinaire chez les humains de la haute voltige. Et haute voltige il y aura, puisque quelque soit votre bagage culturel, vous serez transportés par vos retrouvailles avec le cirque traditionnel et ses numéros comme le jonglage et le trapèze en passant aussi par un numéro de contorsion interprété d’une façon si originale qu’il ne laissera jamais paraître le sens défiguré du terme et qui incommode trop souvent l’audience.

Alors ce n’est pas pour jaboter, mais même si l’humble pingouin que je suis ignore tout de l’ancien cirque du Viêtnam, j’avoue m’être laissé séduire par le nouveau. Jeunisme quand tu nous tiens…

L'organe de censure officiel du Pingouinistan vous annonce que les commentaires ne sont pas permis aujourd'hui.