Derniers cris

  • Monsieur Pingouin: Chère Gizmo, C’est rassurant en effet de voir qu’en Nouvelle...
  • Gizmo: Une nouvelle rassurante d’un de vos cousins…
  • Monsieur Pingouin: Cher Cobaye, Je crois que si les populations ont du mal à se révolter...
  • cobaye: En y réfléchissant bien, et en retrouvant des sources, on se rappellera par exemple que...
  • Monsieur Pingouin: Cher Cobaye, C’est vrai que le traitement administré aux Égyptiens...
  • cobaye: Ouhla désolé pour les fautes et mots manquants, j’ai cliqué un peu vite…
  • cobaye: Il était surtout question de prix, de chômage, et donc de corruption devenue...

Catégories

Mots-clefs

Archives

La révolutionnite aiguë et les hommes malades du Moyen Orient

Cette drôle de maladie, pour laquelle s’énamourent les Français et de nombreux observateurs étrangers, cette drôle de maladie disais-je a sévi en Tunisie et plus récemment en Égypte où l’on estime que les effets ont été plus modérés. Honni, Moubarak, a tiré sa révérence alors qu’il avait cru pouvoir tenir bon.

Cette allergie aux autocrates qui se sont élevés en gravissant les échelons de l’armée s’est (« enfin ! » s’écrieront les plus malades) manifestée au début de l’année 2011. On remarquera une certaine inflammation pour ne pas parler d’immolation, bien que ce soit le terme correct décrivant certains individus désespérés, en guise de symptôme avant coureur de la ravageuse maladie. Pourtant, il faut bien dire que pendant près de trente ans cela n’avait guère semblé démanger les Égyptiens, et malgré tout, ils ont fini par être contaminés à leur tour, non pas par le fantôme de la liberté guidant le peuple, mais, après que l’épidémie a ravagé la tête de l’État tunisien, par l’envie de se débarrasser d’un homme incapable de subvenir décemment à leurs besoins de ce confort qui caractérise tant les pays développés. (Demander une liberté supplémentaire au sein d’un État revient à demander une autorisation supplémentaire à son papa.)

La pilule ne passait donc plus ; ce petit comprimé sécuritaire ne savait plus contenir cette envie irrépressible de se passer du très peu poilant État où tout a l’air d’avoir la peau lissée. Et pourtant ! Nombreux étaient les spécialistes en diplomatie à avoir donné un avis médical à ces hommes malades que semblent être les dirigeants des pays arabes. Maintes réformes avaient bien été invoquées mais aucune de ces voies de guérison ne fut empruntée. Dès lors, les individus qui en avaient assez de cette carence en bonne gouvernance ont fini par invoquer le terrible remède démocratique, qui malgré la rime en tic (mais pas en toc) n’a absolument rien d’antibiotique ni d’automatique.

Ce remède idéologique et un peu magique c’est celui qui dit et qui est qu’un État doit organiser des élections libres (donc pas truquées) par lesquelles le peuple choisit lui-même son aristocrate de gouvernant, assurer la justice et plein d’autres choses paternalistes et aliénantes mais qui ne choquent guère l’être humain en général comme savoir si j’ai le droit de coucher avec ma sœur plutôt que la vôtre ; toutefois cela ne vous regarde pas puisqu’il n’est question que de votre sœur et moi puisque je suis fils unique.

Alors, certes, on pourra médire des généraux en général parce qu’ils croient que l’apaisement de ces troubles épidermiques – qu’ils ne perçoivent que comme étant superficiels – passe par le bon rétablissement … de l’État d’urgence et la gouvernance par ordonnance. Telles pourraient bien être les nouvelles plaies d’Égypte, qui n’incriminent évidemment pas les pingouins comme l’atteste la mythologie judéo-chrétienne dans l’Exode, un titre phare que semble avoir raisonnablement emprunté un certain Ben Ali. Pour le moment, nul n’a osé s’essayer au remède carabiné dont la mauvaise interprétation a fait bien des émules en août 1988 et en juin 1989 dans des contrées éloignées de la patrie des droits de l’ohm et du petit radium comme le Myanmar et la République populaire de Chine. En attendant les prochains mois, le dénouement de ces changements nous apprendra s’il valait mieux se tenir les côtes que d’être aux côtés des Tunisiens et des Égyptiens en chair et en os.

5 Réponses pour La révolutionnite aiguë et les hommes malades du Moyen Orient

  1. cobaye

    Il était surtout question de prix, de chômage, et donc de corruption devenue insupportable (pas intolérable). Des analystes avaient venu la tempête depuis quelques mois, et déjà certains régimes s’y étaient préparé en achetant des stocks considérables de céréales.

    Le reste n’est venu se surajouter lorsque l’étincelle s’est allumée (si j’ose dire…). Quand le peuple a faim, il se révolte. Après il se pose des questions et se trouve des légitimités qui vont au delà, notamment parce qu’il doit bien y avoir des coupables de quelque chose ;)

  2. cobaye

    Ouhla désolé pour les fautes et mots manquants, j’ai cliqué un peu vite…

  3. Monsieur Pingouin

    Cher Cobaye,
    C’est vrai que le traitement administré aux Égyptiens pendant trente ans ne semble pas avoir plaidé en faveur du président Moubarak. En plus, leurs rassemblements intempestifs à la limite du groupe de soutien thérapeutique nous ont prouvé qu’ils avaient vraiment cessé de vouloir rester patients. :-P
    Ce qui me chagrine avec les analyses que tu évoques, c’est que ce qui aurait perdu ces braves gestionnaires n’est finalement qu’une mauvaise conjoncture économique …

  4. cobaye

    En y réfléchissant bien, et en retrouvant des sources, on se rappellera par exemple que la Révolution française est le fruit d’une mini période glaciaire qui a entraîné des récoltes pitoyables dans toute l’Europe. C’est un exemple, le seul dont je me rappelle assez bien, mais j’avais lu un texte à ce propos.

    D’ailleurs si ce n’était pas ça, les tyrans d’aujourd’hui ne prendraient pas le soin d’acheter de quoi nourrir le peuple. Et il faut se rappeler que ceux qui se sont immolés récemment ne l’ont pas fait pour la liberté, mais pour l’emploi ou les prix alimentaires (les matières premières ont flambé, s’est alarmée la FAO, atteignant des sommets depuis 20 ans).

    Si les populations se soulevaient contre les régimes oppresseurs pour des questions de droits et libertés, comment expliquer qu’il en reste tant? Parce qu’ils ne vivent «pas si mal» ou alors «trop précairement» pour se révolter. Les gens sont pauvres mais ils arrivent à se nourrir, c’est surtout de pauvreté matérielle et intellectuelle (éducation etc.) qu’ils souffrent.

    Dès lors qu’il n’y a même plus de quoi manger, la seule solution est de déboulonner ceux qui en sont responsables (et détournent trop l’argent et/ou la bouffe). Et dans l’élan de protestation, je pense que les intellectuels (quelque soit leur niveau dans la société) trouvent un terreau propice pour semer les graines d’un changement politique.

    Si j’ai un peu de courage j’essaierai de retrouver de la matière là dessus, mais j’en doute :p

  5. Monsieur Pingouin

    Cher Cobaye,
    Je crois que si les populations ont du mal à se révolter c’est parce que quelqu’un de plus puissant s’évertue à les empêcher de se soulever en les écrasant aussitôt qu’ils commencent à menacer de gripper le système ou que comme tu le suggères leur tyran de père fournit aux enfants de la nation tout ce dont ils ont à peu près besoin pour vivre.

    S’il y a des despotes encore en place c’est parce qu’ils savent bien verrouiller leur pouvoir, et d’abord nourrir les leurs et ceux qui les servent et profitent directement du système puis mettre hors d’état de nuire leurs opposants.

    Sinon, rassure-toi, j’ai trouvé un pays merveilleux dont la constitution ne garantit pas seulement les droits de l’homme mais où l’article 64 nous dit que

    l’État assure effectivement à tous les citoyens les droits et les libertés authentiquement démocratiques ainsi qu’une vie matérielle et culturelle heureuse.

    Car oui,

    en République populaire démocratique de Corée, les droits et les libertés du citoyen s’étendent au fur et à mesure du renforcement et du développement du régime socialiste.

    ;-)