Derniers cris

  • Monsieur Pingouin: Et leurs prochaines parutions laveront l’affront. :=)
  • Gizmo: Une tache monstrueuse sur la liberté d’expression : J’essuie Charlie.
  • Monsieur Pingouin: Chère Gizmo, C’est rassurant en effet de voir qu’en Nouvelle...
  • Gizmo: Une nouvelle rassurante d’un de vos cousins…
  • Monsieur Pingouin: Cher Cobaye, Je crois que si les populations ont du mal à  se révolter...
  • cobaye: En y réfléchissant bien, et en retrouvant des sources, on se rappellera par exemple que...
  • Monsieur Pingouin: Cher Cobaye, C’est vrai que le traitement administré aux Égyptiens...

Catégories

Mots-clés

Liu Xiaobo, prix Nobel sans obscénité *

Ce n’est pas pour jaboter, mais je pense n’apprendre à  personne que la remise d’un prix Nobel de la paix à  un dissident de Chine populaire était dans les tuyaux depuis 2008. À cette époque, les yeux du monde entier étaient rivés sur la Chine et l’ouverture des jeux olympiques d’été. Après moult manifestations hostiles à  l’égard du régime communiste, le nom d’un certain Hu Jia circulait. Aujourd’hui son nom est sorti de l’actualité française, et pourtant cet homme n’a pas été sans recevoir de soutien dans l’hexagone. En effet, il fut même élevé au rang de ‘citoyen d’honneur’ de la mairie de Paris. Quelle que soit sa condition aujourd’hui, j’espère qu’il parviendra à  être relâché et pourra suivre hors de son hôpital pénitentiaire un traitement satisfaisant pour lutter contre sa maladie.

Si l’an passé, de nombreuses personnes ont dénoncé l’attribution du Nobel de la Paix, je crois qu’ils seront peu nombreux à  l’échelle mondiale cette année, à  l’instar des membres du parti, à  dénoncer le lauréat 2010. Même si je suis ravi de voir que les dissidents chinois et les personnes favorables à  la démocratie en Chine gagnent une certaine audience en Occident (car le Nobel est essentiellement une affaire d’Occidentaux) , il n’en reste pas moins que cela peut très bien ne rien changer si les hommes de Pékin maintiennent de façon aussi ferme leur emprise sur la société qu’ils dirigent. On pourra récuser à  l’envi les propos que je vais tenir ici, mais je pense hélas que Liu Xiaobo n’est pas près de sortir de sa geôle avant au moins la moitié de sa peine. Et pourtant, il n’a fait que rappeler au gouvernement central l’absence dans les faits de ces droits et libertés fondamentaux pourtant inscrits dans la constitution et que le gouvernement est censé garantir … Un beau combat si injustement sanctionné, n’est-ce pas ?

En France, à  l’exception de celui de Pierre Haski et Rue89 ou d’Aujourd’hui la Chine, notre engouement pour son combat est au mieux falot ou au pire inutile. Quelle pression exerçons-nous réellement sur des individus qui n’ont pas intérêt – sauf à  signer leur propre arrêt de mort et celui de leurs nombreux privilèges – à  abdiquer un peu de pouvoir ? Les membres du PCC ne sont-ils pas ceux qui commettent des injustices et pratiquent la corruption et dont la légitimité ne repose que sur la vigueur et l’implacabilité de la répression autoritaire qu’exerce l’institution à  laquelle ils appartiennent ? Je ne souhaite évidemment pas minimiser le pouvoir de l’opinion publique (celui de la rue ou de la blogosphère) , mais la dernière fois qu’une telle récompense a été décernée à  une personne incarcérée, c’était en 1991 et la paix prit modèle sur Aung San Suu Kyi.

Si ce prix ne l’aura pas nécessairement aidée à  sortir de prison, il l’aura au moins protégée tout en couvrant d’opprobre les généraux qui l’avaient incarcérée. D’une certaine façon, recevoir un Nobel lorsque l’on est persécuté vous rend presque intouchable aux yeux des autorités, parce que vous êtes entrés à  jamais dans l’actualité occidentale. C’est sans doute l’une des meilleures choses qui pouvait arriver à  ce dissident et à  sa cause. Pour les autres, j’ignore s’ils sauront profiter de l’audience procurée par ce dynamitage en règle des positions de Pékin par le comité Nobel mais je pense tout de même que ce sera le cas parce que même si cette audience est réduite par les efforts de censure du gouvernement central, l’information finira par être connue et – à  moins que nous n’en fassions vraiment rien – elle devrait normalement permettre de trouver plus de soutiens à  cette cause en Occident.

Ce qui est amusant, c’est que si les Chinois ont l’habitude d’expliquer aux hommes de la junte birmans que prononcer des peines de 65 ans pour empêcher des activistes de ruminer en rond est excessif1 , en condamnant Liu Xiaobo à  onze ans de prison l’hiver passé, on évalue très bien les limites de leur sens de la mesure. Et à  voir la façon dont ils ont harmonisé les propos de leur Premier ministre, Wen, je crois que le Parti Communiste Chinois n’est pas encore prêt à  lâcher quoi que ce soit qui le discrédite. En effet, les censeurs ont décidé que la population du continent n’était pas encore prête à  entendre les propos du ministre Wen Jiabao au sujet de la liberté d’expression.

Pourtant le pingouin ordinaire que je suis se doute bien que, depuis la mort du grand navigateur-à -la-berlue qu’était le président Mao, la situation individuelle des Chinois s’est améliorée pour peu qu’ils ne s’essayent pas à  remettre en question l’autorité du parti. Au moins, plus personne ne vient remettre en question l’intégrité du Chinois moyen s’il ne sourit pas ou à  cause de je ne sais quelle ânerie qu’un garde rouge en manque de foin et de rééducation aurait pu braire. Aujourd’hui, monsieur Wang, analoguement à  monsieur Dupont ou à  monsieur Smith, peut s’il en a les moyens quitter son territoire pour visiter le nôtre et espérer s’inspirer du si célèbre romantisme hexagonal qui fait frémir les cœurs de tant de jeunes gens. Pire, monsieur Wang peut aujourd’hui se faire sa propre idée de ce qui se passe en dehors de ses frontières.

En attendant les mesures de représailles à  l’encontre de la Norvège que Pékin prendra pour épater la galerie et effrayer les pauvres puissances qui croient nouer une relation privilégiée avec monsieur Roux 2 et compagnie, je consens à  me nourrir de saumon norvégien et à  continuer de militer pour le prolongement du boycott des ventes d’armes à  la cette république impopulaire de Chine.

*3

  1. « Referring to the 65-year sentences that had  just been handed down to pro-democracy activists, Yang apparently said that China also had to deal with such problems, but rather sent such individuals to jail for only three or four years to reduce international attention. » CHINA’S MYANMAR DILEMMA, Asia Report N°177 “ 14 September 2009, page 9. Ce rapport du International Crisis Group évoque une rencontre Yang Jiechi, le ministre des affaires étrangères de la Chine populaire, et le généralissime Than Shwé. []
  2. Mes nouveaux lecteurs comprendront ici que je parle de Hu Jintao. []
  3. * Sans obscénité, parce qu’il me semble que rien dans le communiqué écrit du porte-parole du ministère des affaires étrangères ou celui de l’agence Xinhua ne laisse transparaître une telle réaction qui puisse suggérer une quelconque allusion aguicheuse, mais peut-être que la traduction de Reuters vient d’une autre source. En tout cas si nous sommes certes témoins de l’indignation des dirigeants chinois et de son arrogance nue, nous ne saurions être confrontés à  une quelconque forme d’obscénité mais plutôt à  une question de blasphème, de profanation bref de quoi blesser l’orthodoxie communiste. []

4 Réponses pour Liu Xiaobo, prix Nobel sans obscénité *

  1. Les tweets qui mentionnent Chroniques d’un pingouin ordinaire » Blog Archive » Liu Xiaobo, prix Nobel sans obscénité * -- Topsy.com

    […] Ce billet était mentionné sur Twitter par Kiwis, Alcidé Pingouin. Alcidé Pingouin a dit: Liu, prix Nobel sans obscénité http://modpingouin.free.fr/wordpress/index.php/2010/10/10/liu-xiaobo-prix-nobel-sans-obscenite/ #liuxiaobo […]

  2. edgar

    Hello. Est-ce que tu vas aussi cesser d’acheter un Iphone construit par des salariés sous-payés et sans droits syndicaux ? Ou l’indignation s’arrête-t-elle au portefeuille ?

    Je dis ça pas pour toi en particulier mais il me semble que la dignité exigerait qu’on n’oublie pas trop ce que l’on doit aux travailleurs chinois…

  3. Monsieur Pingouin

    Bonsoir Edgar,
    Je ne possède pas d’Iphone pas plus qu’un écran plat ou même des Nike fabriquées en Chine pop. Cependant j’aime beaucoup la Chine et je trouve qu’elle mérite bien mieux que le régime actuel.
    Je ne sais pas contre qui tu t’indignes exactement, mais je ne pense pas être la personne que tu cherches.

    Pour ce qui est de mon boycott des armes, je te rappelle qu’il renvoie explicitement au 4 juin 1989, date à  laquelle l’armée populaire de libération sur ordre de Deng Xiaoping a utilisé les armes contre sa propre population.

  4. edgar

    Pas mal…