Derniers cris

  • Monsieur Pingouin: Et leurs prochaines parutions laveront l’affront. :=)
  • Gizmo: Une tache monstrueuse sur la liberté d’expression : J’essuie Charlie.
  • Monsieur Pingouin: Chère Gizmo, C’est rassurant en effet de voir qu’en Nouvelle...
  • Gizmo: Une nouvelle rassurante d’un de vos cousins…
  • Monsieur Pingouin: Cher Cobaye, Je crois que si les populations ont du mal à  se révolter...
  • cobaye: En y réfléchissant bien, et en retrouvant des sources, on se rappellera par exemple que...
  • Monsieur Pingouin: Cher Cobaye, C’est vrai que le traitement administré aux Égyptiens...

Catégories

Mots-clés

Je suis un pingouin, pas un lama même si …


… même s’il m’arrive de dire que «je suis malade, complètement malade» .

On a beau me souhaiter des «Xin nian kuai le ! Gongxi fa cai !» pour célébrer le nouvel an chinois, il semblerait que ce dernier ne me réussisse pas pour le moment. Ce n’est pas pour jaboter, mais si les bienfaits de l’année du rat ne me sont pas encore parvenus c’est sans doute parce que j’ai un chat dans la gorge.

Que mon fidèle lectorat félidé se rassure tout de suite, il n’a jamais été question que j’ingurgite l’un des siens. D’abord parce que je sais que ce que chat feule, dieu le veut, ensuite parce que ce chat qui faisait vainement valoir son droit opposable au logement a trouvé refuge en s’infiltrant par l’entrée de mon palais.

Il n’empêche que si j’ai beau me réjouir de compter un nouvel ami, je n’en suis pas moins triste de me voir – ou plutôt de m’entendre – affublé d’une voix aussi grave. Si la voix sied à  celui qui clamait autrefois que «Rien ne se perd, rien ne se crée, tout se transforme»1 , il n’en reste pas moins que je veux retrouver ma propre voix, car sans elle c’est sans issue. D’ailleurs si tout se transforme, j’aime autant vous dire que j’ai tant mué que je préfère le rester … le temps bien sûr que mes cris cessent de ressembler aux respirations saccadées de Darth Vader.

Peut-être devrais-je consulter les instances divines ? Le Métatron pourrait peut-être me délivrer un message, mais même dans l’éventualité miraculeuse où cela se produirait, je crains de ne pouvoir le saisir car les voix2 du seigneur sont paraît-il impénétrables.

Alors même sans me fourvoyer dans la gourmandise dont souffre l’impie qui chante, je préfère tout de même rester sans voix ni loi, puisque ni le Faune ni l’aphone d’en haut ne sauraient me répondre surtout depuis que la pucelle d’Orléans – le seul récepteur humain avéré dans l’histoire radiophonique divine – s’est éteinte3 .

  1. Citation d’Antoine Lavoisier dont Patrick Bruel aurait pu dire de cet éminent chimiste qu’on lui avait cassé la voix puisqu’il fut guillotiné. []
  2. Les voies. []
  3. Oui une inflammation – plus particulièrement de la gorge – peut mener à  l’extinction de voix. Vous pouvez également voir dans l’extinction de Jeanne d’Arc la conséquence inévitable d’un passage obligé sur le bûcher. []

4 Réponses pour Je suis un pingouin, pas un lama même si …

  1. Gizmo

    L’alcidé serait-il exposé à  la grippe aviaire ? Est-ce contagieux ? Je m’interroge car je suis terrassée par une forme virulente de grippe/bronchite/pharyngite, et je me demande si la fréquentation de ce blog n’y est pas pour quelque chose…

    Gizmo’s last blog post..Vaguement compétitif…

  2. Monsieur Pingouin

    Non non chère Gizmo,
    Rassurez-vous il n’y a rien de contagieux, vous pouvez revenir aussi souvent qu’il vous plaira.

    En revanche, est-ce que votre grippe/bronchite/pharyngite ne pourrait pas-être soignée par cette recette ?

    D’ici que ça fasse effet, je vous souhaite un bon rétablissement.

  3. Emilie

    ça alors, au moment où je gribouillais ma recette de grand-mère, vous rédigiez ces lignes enrouées… les temps sont durs pour les courageux volatiles qui ont élu asile dans les contrées hivernales… au moins, je me réjouis que malgré votre extinction de voix, vous n’ayez rien perdu de votre verve !

    Emilie’s last blog post..How to get rid of a winter virus

  4. Monsieur Pingouin

    Merci beaucoup mademoiselle,
    Tant que je n’ai pas du plomb dans l’aile, je n’ai pas de raison de m’inquiéter puisqu’il me reste des plumes pour écrire.